• The GiftBot 2.0 Launch Giveaway Extravaganza has come to a close with an astounding 8073 games given away to the community by 696 members, a huge success thanks to you! The gifting now continues with more official prizes in the new Gaming Giveaways |OT|. Leftover Steam codes are also being given away to the PC Gaming Era community.

FranceERA |OT| Omelette du fromage

Morrigan

Armoring
Moderator
Oct 24, 2017
12,585
Un truc que j'ai découvert aussi c'est qu'avoir une mentalité "plutôt de gauche" ne protège absolument pas de la propagande d'extrême-droite.
Trop vrai. Quand j'ai vu un ancien ami plutôt de gauche et féministe (qui insiste qu'il l'est toujours) embarquer dans le fearmongering contre les Musulmans après l'attentat à Paris et régurgiter des conneries de Marine Le Pen, oh et aussi me parler du "black on black crime" (tout en insistant que non, il n'écoute pas la télé et surtout pas Fox News... hmmmmmm bizarre qu'il répète leur exact talking point hein) et nier que le white privilege existe... 🤦‍♀️ C'est très, très navrant.
 

Kilrogg

Resettlement Advisor
Member
Oct 25, 2017
1,802
Trop vrai. Quand j'ai vu un ancien ami plutôt de gauche et féministe (qui insiste qu'il l'est toujours) embarquer dans le fearmongering contre les Musulmans après l'attentat à Paris et régurgiter des conneries de Marine Le Pen, oh et aussi me parler du "black on black crime" (tout en insistant que non, il n'écoute pas la télé et surtout pas Fox News... hmmmmmm bizarre qu'il répète leur exact talking point hein) et nier que le white privilege existe... 🤦‍♀️ C'est très, très navrant.
Attention, attention, pavé incoming !

Je me fais la réflexion que beaucoup de gens n'ont, en réalité, aucune fondation réelle solide sous leurs croyances politiques. D'ailleurs, on parle bien de croyances à ce stade, plutôt que de conviction ou d'idéologie. Le genre de personnes que toi et d'autres décrivez, ce ne sont pas des gens de gauche au sens où ils croient fondamentalement, philosophiquement à l'harmonie collective, à l'équité ou au progrès social. Ce sont des gens de gauche parce que, 95% du temps, ils n'ont pas une haine particulière de l'autre à partir du moment où on ne leur envoie pas un discours publique de méfiance et de haine. En vrai, à part les gens qui vivent dans des zones particulièrement défavorisées, donc plus enclines à la violence, habitées en bonne partie par une population non-blanche, et mal équipées pour éduquer et intégrer, qui se fait emmerder par des arabes qui vivent leur vie ? Personne. Et on va pas se mentir : beaucoup n'interagissent que très ponctuellement avec des non-blancs (j'aime pas trop l'expression "personne de couleur", mais en fait je sais pas ce qui est le plus acceptable, n'hésitez pas à me corriger). Mais si on commence à te répéter constamment que "les musulmans ceci, les musulmans cela", c'est ce discours publique qui va commencer à remplir le vide de ton imagination laissé par le manque d'interactions avec des communautés diverses.

Bon, le but c'est pas de dire "moi j'ai tout compris à la théorie politique", ce serait faux. J'y connais quasiment rien lol, et puis je suis un ex-centriste qui n'aime/aimait pas trop réfléchir à ces sujets. Ce que je décris, ça aurait pu être moi. Dans mon environnement de travail (où je côtoie plusieurs boîtes), il n'y a quasiment aucun Noir, pas d'Arabes - putain, je sais même plus, c'est encore acceptable d'utiliser le terme "Arabe" ? Je sers à rien, parfois -, 2 ou 3 Asiatiques, et tout le reste c'est des blancs becs comme moi.

Détail dont je me suis rendu compte cela dit : l'accueil du bâtiment où se trouve ma boîte a vu pas mal d'hôte(sse)s se succéder au fil des ans. Et évidemment, presque tous étaient soit Noirs, soit Arabes. Il a dû y avoir 2 Blancs à tout casser, qui ont dû rester à peu près 2 semaines chacun(e). C'est un peu comme au supermarché à côté de chez moi : la majeure partie de la clientèle est blanche, mais comme par hasard, 9 hôte(sse)s de caisse sur 10 sont non-blanc(he)s. Pour revenir au sujet de base, en tant qu'observateur blanc lambda, je me dis qu'il y a 3 scénarios possibles :
1. Soit je ne m'en rends même pas compte, trop centré sur ma vie
2. Soit je le vois, et je me dis, "bah, c'est comme ça" ou "c'est une coincidence"
3. Soit je le vois, et je me dis "euh, y a pas un problème systémique, là ?"
(4. Soit je le vois, mais comme je suis un gros raciste de base, je me dis "ils nous volent notre travail" et/ou "c'est tout ce qu'ils sont bons à faire")
Partant de là, qui va penser 1, qui va penser 2, et qui va penser 3 (le 4, on sait très bien qui, hein) ? Je suis quasiment sûr que la plupart des gens, même ceux qui se disent à gauche, pensent à 1 ou 2, mais pas 3. Et à mon avis, c'est par absence de réflexion de fond ou d'éducation. Le numéro 2, en particulier, est une croyance impossible quand on y réfléchit. Si on réfléchit deux secondes aux implications, "c'est comme ça" doit nécessairement se transformer soit en "le système a un problème" (gauche), soit "mais quelque part, c'est parce que ça leur convient/c'est leur inclination naturelle" (argument de la responsabilité individuelle ou essentialiste de droite). Si t'as aucun fondement philsophique, aucune réflexion de fond, finalement, tu as autant de chance de tomber d'un côté que de l'autre. Ca dépend juste des idées auxquelles tu es exposées le plus régulièrement, et ce qui donne la réponse la plus séduisante à tes propres problèmes. Il faut dire que la plupart d'entre nous, moi compris, sont un peu faignants intellectuellement, surtout quand on bosse à temps plein 5 jours par semaine et qu'on veut juste se détendre en fin de journée avant de dodo...
 

Morrigan

Armoring
Moderator
Oct 24, 2017
12,585
Très bien dit, en fait. C'est une excellente observation et je pense que tu as tout à fait d'accord. Et on pourrait aussi parler d'intersectionalité dans tout ça, comme le gars dont je parle, se dit féministe, et en fait je le crois, il critique souvent les machos, défends les femmes, etc., sa copine est plutôt féministe (et souvent exaspérée par ses récentes tendances racistes, quoiqu'elle est bien plus patiente que moi je le serais), etc. Mais là bon, c'est du "white feminism" sans doute. Oh, et avant qu'on le demande, bien sûr qu'il va utiliser son white feminism comme massue contre l'Islam et le voile et tout, quelle question. *soupir*

Pour répondre à tes questions, je suis blanche comme la neige alors à prendre avec un grain de sel et mes sincères excuses si j'ai tort, mais je pense fort bien que arabe et noir sont la terminologie correcte en français, du moins au Québec. Ici on parle souvent de "minorités visibles" plutôt que de "personnes de couleur" (et "Premières Nations" pour les autochtones), cette dernière n'étant pas utilisée au Canada que je sache.
 

Kilrogg

Resettlement Advisor
Member
Oct 25, 2017
1,802
Morrigan : Des fois j'ai envie de me taper parce que les mots de base m'échappent : évidemment que c'est "minorité", le terme le plus neutre. Tu as raison. Le gros brainfart.
Au fait, il va de soi que je parlais de la situation en France. J'imagine bien que la répartition des minorités est différente au Québec. Chez nous, la forte représentation arabe vient évidemment du colonialisme en Algérie et au Maroc.

En tout cas je vois très bien ce que tu veux dire. C'est une sorte de féminisme imparfait, ou de féminisme borgne. Jusqu'à un certain point, ou selon certaines conditions, tu défends les femmes, mais dès que tu sors des situations ultra-évidentes qui ne te coûtent rien, y a plus personne. Le moment où je me suis dit "ça sent le roussi" avec mon ex féministe qui m'a ensuite plaqué, c'est parce qu'elle me parlait de l'association française "Ni Putes, Ni Soumises", et que je réagissais de manière un peu dédaigneuse, alors que je ne connaissais rien de cette assoc'. Juste par le nom, que je trouvais un peu agressif, je me disais "ah, des féministes extrêmistes". A vrai dire, je ne connais toujours pas grand-chose à cette association, et je ne sais même pas si elle existe encore (ça remonte à plus de 12 ans, cette histoire...), mais le simple fait d'avoir eu cette réaction viscérale sans même m'être renseigné avant montre que j'avais encore du chemin à parcourir. J'ai bien senti que ça lui avait pas plu, et la rupture n'a pas trop traîné après cet épisode. Bien sûr, il n'y avait pas que ça, mais je pense sincèrement que ça a été un moment charnière où elle s'est dit "mais c'est qui, ce con ?"
 

G.O.O.

Member
Oct 26, 2017
1,929
Kilrogg tu me fais penser à ma collègue qui n'arrive pas à dire "noir" et dit seulement "black", même quand on lui dit que c'est pas un gros mot xd

Le terrain des bases idéologiques (et aussi de l'intersectionnalité) me semble miné de manière générale. En France la gauche s'est battue pendant des décennies contre la place du catholicisme dans la société, du coup nombreux sont ceux qui appliquent le même schéma à l'islam. L'intersectionnalité fait intervenir les notions de dominants/dominés et la socio, mais il y a un problème : on n'a aucune visibilité sur qui a raison ou non parce que ce sont des statistiques qu'on refuse de faire.

Du coup je préfère généralement éviter d'en parler avec une personne avec laquelle je suis en désaccord, parce qu'il y a beaucoup de paramètres sociaux à prendre en compte et qu'objectivement, je n'ai aucune idée de ce qui est le mieux pour tout le monde. Je sais que je déteste l'idée d'imposer à une personne de mettre ou ne pas mettre un vêtement, mais au-delà de ça...

Par contre je me méfie énormément des étiquettes politiques quand on rentre dans des sujets techniques, genre l'économie. C'est le genre de sujet où je crois qu'il faut être capable de se décoller de son étiquette pour chercher à savoir si ce qu'on propose atteindra vraiment les objectifs qu'on se fixe (genre est-ce que la politique de lutte contre la pauvreté que je veux mettre en place bénéficiera vraiment à ceux qui en ont besoin). Ca m'a conduit à avoir une théorie : dans pas mal de cas, les partis sont absolument nuls sur les domaines où ils prétendent être les meilleurs. Des partis de gauche veulent une politique redistributive mais méprisent l'économie, les verts parlent d'environnement mais crachent sur les scientifiques quand ils disent des trucs qu'ils n'aiment pas, la droite sécuritaire ne sait ABSOLUMENT PAS comment fonctionne l'appareil d'état (au passage, bisous à tous ceux qui exigeaient qu'on ne rapatrie pas les jihadistes français en Syrie, grâce à vous on va juste les perdre dans la nature) et le RN... bah, c'est juste le parti qui déteste le plus la France, prêt à s'allier avec ses ennemis et à la ramener économiquement au moyen-âge au nom du patriotisme.

Donc voilà, ce que j'essaie de dire en fait c'est que je trouve qu'on ne s'interroge pas assez sur comment arriver à ce qu'on veut, et que là aussi le réflexe tribal prévaut : la gauche/droite pense ça, je suis de gauche/droite, donc je pense ça aussi.
 

Kilrogg

Resettlement Advisor
Member
Oct 25, 2017
1,802
Kilrogg tu me fais penser à ma collègue qui n'arrive pas à dire "noir" et dit seulement "black", même quand on lui dit que c'est pas un gros mot xd
Pff, arrête, le pire c'est que j'ai un peu cette tendance aussi, je m'en suis rendu compte récemment. J'essaie de me forcer à dire "noir" au lieu de "black" tout le temps, mais j'y suis pas encore. Les habitudes ont la vie dure.

Par contre je me méfie énormément des étiquettes politiques quand on rentre dans des sujets techniques, genre l'économie. C'est le genre de sujet où je crois qu'il faut être capable de se décoller de son étiquette pour chercher à savoir si ce qu'on propose atteindra vraiment les objectifs qu'on se fixe (genre est-ce que la politique de lutte contre la pauvreté que je veux mettre en place bénéficiera vraiment à ceux qui en ont besoin). Ca m'a conduit à avoir une théorie : dans pas mal de cas, les partis sont absolument nuls sur les domaines où ils prétendent être les meilleurs. Des partis de gauche veulent une politique redistributive mais méprisent l'économie, les verts parlent d'environnement mais crachent sur les scientifiques quand ils disent des trucs qu'ils n'aiment pas, la droite sécuritaire ne sait ABSOLUMENT PAS comment fonctionne l'appareil d'état (au passage, bisous à tous ceux qui exigeaient qu'on ne rapatrie pas les jihadistes français en Syrie, grâce à vous on va juste les perdre dans la nature) et le RN... bah, c'est juste le parti qui déteste le plus la France, prêt à s'allier avec ses ennemis et à la ramener économiquement au moyen-âge au nom du patriotisme.

Donc voilà, ce que j'essaie de dire en fait c'est que je trouve qu'on ne s'interroge pas assez sur comment arriver à ce qu'on veut, et que là aussi le réflexe tribal prévaut : la gauche/droite pense ça, je suis de gauche/droite, donc je pense ça aussi.
Assez d'accord. Intéressant. Une sorte de syndrôme du cordonnier le plus mal chaussé haha. L'exemple le plus flagrant qui me vienne à l'esprit, ce sont les écolos qui rejettent catégoriquement le nucléaire... Ou même tout simplement les écolos qui aiment bien le capitalisme, en fait.
 

Iggy

Member
Oct 27, 2017
3,181
@Kilrogg tu me fais penser à ma collègue qui n'arrive pas à dire "noir" et dit seulement "black", même quand on lui dit que c'est pas un gros mot xd
Oh merde, c'est moi aussi...

Perso, j'utilise le mot "racisé" quand on est vraiment sur le sujet des discriminations systémiques. J'aime bien que ce soit passif, ça montre bien que c'est pas une chose intrinsèque à la personne (c'est pas "sa race", le problème, c'est la réaction du système qui la renvoie et la résume à sa race. La personne n'y est pour rien).
Et puis ça inclue aussi les gens d'origine extrême asiatique, qui ne se retrouvent pas trop dans les mots à base de couleur de peau.
 

Morrigan

Armoring
Moderator
Oct 24, 2017
12,585
Kilrogg tu me fais penser à ma collègue qui n'arrive pas à dire "noir" et dit seulement "black", même quand on lui dit que c'est pas un gros mot xd
Ah oui, vous dites ça en France hein? J'avais des collègues Français qui disaient toujours "black" au lieu de "noir" et je trouvais ça curieux... est-ce que c'est un terme mieux accepté, ou au contraire, il est plutôt vieux jeu et ne devrait pas dire ça? J'ai aucune idée, pour vrai. xD

Le terrain des bases idéologiques (et aussi de l'intersectionnalité) me semble miné de manière générale. En France la gauche s'est battue pendant des décennies contre la place du catholicisme dans la société, du coup nombreux sont ceux qui appliquent le même schéma à l'islam. L'intersectionnalité fait intervenir les notions de dominants/dominés et la socio, mais il y a un problème : on n'a aucune visibilité sur qui a raison ou non parce que ce sont des statistiques qu'on refuse de faire.

Du coup je préfère généralement éviter d'en parler avec une personne avec laquelle je suis en désaccord, parce qu'il y a beaucoup de paramètres sociaux à prendre en compte et qu'objectivement, je n'ai aucune idée de ce qui est le mieux pour tout le monde. Je sais que je déteste l'idée d'imposer à une personne de mettre ou ne pas mettre un vêtement, mais au-delà de ça...

Par contre je me méfie énormément des étiquettes politiques quand on rentre dans des sujets techniques, genre l'économie. C'est le genre de sujet où je crois qu'il faut être capable de se décoller de son étiquette pour chercher à savoir si ce qu'on propose atteindra vraiment les objectifs qu'on se fixe (genre est-ce que la politique de lutte contre la pauvreté que je veux mettre en place bénéficiera vraiment à ceux qui en ont besoin). Ca m'a conduit à avoir une théorie : dans pas mal de cas, les partis sont absolument nuls sur les domaines où ils prétendent être les meilleurs. Des partis de gauche veulent une politique redistributive mais méprisent l'économie, les verts parlent d'environnement mais crachent sur les scientifiques quand ils disent des trucs qu'ils n'aiment pas, la droite sécuritaire ne sait ABSOLUMENT PAS comment fonctionne l'appareil d'état (au passage, bisous à tous ceux qui exigeaient qu'on ne rapatrie pas les jihadistes français en Syrie, grâce à vous on va juste les perdre dans la nature) et le RN... bah, c'est juste le parti qui déteste le plus la France, prêt à s'allier avec ses ennemis et à la ramener économiquement au moyen-âge au nom du patriotisme.

Donc voilà, ce que j'essaie de dire en fait c'est que je trouve qu'on ne s'interroge pas assez sur comment arriver à ce qu'on veut, et que là aussi le réflexe tribal prévaut : la gauche/droite pense ça, je suis de gauche/droite, donc je pense ça aussi.
Bien dit. Moi aussi d'ailleurs je suis intéressée par les faits et les résultats plus que l'idéologie. C'est beau, les principes... mais si une politique particulière améliore la qualité de vie des gens de façon mesurable, ou au contraire, nuis au progrès, alors, au diable tout ça. Je suppose que mes principes, c'est le "harm reduction" ou utiliterien, alors...? Who knows.


Oh merde, c'est moi aussi...

Perso, j'utilise le mot "racisé" quand on est vraiment sur le sujet des discriminations systémiques. J'aime bien que ce soit passif, ça montre bien que c'est pas une chose intrinsèque à la personne (c'est pas "sa race", le problème, c'est la réaction du système qui la renvoie et la résume à sa race. La personne n'y est pour rien).
Et puis ça inclue aussi les gens d'origine extrême asiatique, qui ne se retrouvent pas trop dans les mots à base de couleur de peau.
Je crois que j'ai entendu notre premier ministre utiliser ce terme récemment. Ou était-ce "racialisé"/racialized? Première fois que je l'entendais, celle-là. Je me demande si ça va entrer dans le langage courant et remplacer minorités visibles. (Insert "ah mais j'arrive pas à suivre, c'est trop dur tout ces termes!!" white fragility here xD)
 

G.O.O.

Member
Oct 26, 2017
1,929
Ah oui, vous dites ça en France hein? J'avais des collègues Français qui disaient toujours "black" au lieu de "noir" et je trouvais ça curieux... est-ce que c'est un terme mieux accepté, ou au contraire, il est plutôt vieux jeu et ne devrait pas dire ça? J'ai aucune idée, pour vrai. xD
Je ne sais pas trop. Je me demande si ce n'est pas à rapprocher du fait que les américains évitent "black" au profit de "afro-american", sauf que dans notre cas "afro-français" ou "franco-africain" ne marche pas (beaucoup de noirs en France sont simplement d'origine antillaise, et ces territoires font partie du pays).

Si je devais broder une explication, je dirais que définir des gens par leur couleur de peau est mal vu, parce que la république est unie et indivisible et tout le tintouin, et l'usage du mot "noir" pour désigner la couleur d'une personne a longtemps été associé au racisme. C'est aussi pour ça que quand Trevor Noah a souligné le fait que la plupart des joueurs de l'équipe de France étaient noirs, beaucoup de français ont réagi de façon négative en comparant sa remarque à quelque chose que dirait le RN - alors que pas du tout, c'est juste qu'il n'entretient pas le même rapport à l'identité.

Et donc dire "black", quand on est blanc, c'est souvent un moyen de contourner cette impression. C'est con parce que le mot veut dire la même chose, mais il y a moins de malaise.

(à noter que cette conception du "français" comme unité indivisible entre noirs et blancs est présentée comme un barrage au racisme, ce qui peut se défendre, mais beaucoup de militants intersectionnels disent que "le barrage craque de partout". En pratique, "blanc" est toujours la norme et "noir" une caractéristique, et il semble assez souvent que notre capacité à nous définir comme unis fonctionne quand tout va bien mais résiste mal en temps de crise - et quand il y a crise, ce n'est évidemment pas sur le blanc qu'on va s'interroger.)
 

Shugga

Member
Oct 25, 2017
19,063
Pour moi black c'est juste un euphémisme en quelque sorte, et j'utilise aussi rarement noir parce que j'ai grandi avec "black" comme plus acceptable.
 

Delphine

Resting Witch Face
Moderator
Mar 30, 2018
1,698
France
Pour moi black c'est juste un euphémisme en quelque sorte, et j'utilise aussi rarement noir parce que j'ai grandi avec "black" comme plus acceptable.

Justement, j'ai grandi aussi avec "black", mais en suivant des afro-féministes françaises, j'ai vite compris que c'était pas vraiment normal. Depuis j'utilise le terme noir, tout le temps et je corrige les gens quand ils disent black.





 

Kilrogg

Resettlement Advisor
Member
Oct 25, 2017
1,802
C'est sûr que personnellement, sans jamais trop savoir pourquoi, "noir" m'a toujours inspiré un certain malaise, alors que "black" me pose/posait aucun problème. C'est sans doute un facteur mineur, mais je pense qu'il y a aussi une proximité phonétique entre "blanc" et "black" qui rend ce dernier plus naturel à dire.

Mais en vrai c'est effectivement ridicule d'utiliser ce mot quand on y réfléchit. Donc je vais faire de mon mieux pour utiliser "noir" à la place.
 

Birdseye

Avenger
Oct 27, 2017
12,679
Le nouvel album d'Alcest est sorti (il est très bien) et Igorrr annonce un nouvel album pour l'an prochain. Bonne semaine pour la musique française
 

Ramathevoice

Member
Oct 26, 2017
1,007
Paris, France
Y a des choses très intéressantes qui se passent dans ce thread, et la seule chose que je pourrais contribuer de vraiment utile ce serait que les présentatrices du podcast "Kiffe ta race" (Rokhaya Diallo et Grâce Ly) parlent de "personnes racisées". Je ne peux pas prétendre à l'expertise (white-passing brown person ici), mais je pense qu'on peut leur faire confiance.

Ceci dit j'aime bien le terme québécois aussi.
 

Kilrogg

Resettlement Advisor
Member
Oct 25, 2017
1,802
Name-drop à la con : je connais - c'est un bien grand mot, elle ne doit même plus se souvenir de moi - Rokhaya depuis l'époque où elle faisait des doublages parodiques d'anime chez GotohWan. Le jour où j'ai entendu sa voix à la radio, j'ai halluciné.

(Je suis abonné à sa newsletter mais je me suis jamais plongé dans ce qu'elle fait... C'est un manquement de ma part, mais le fait qu'elle se penche en particulier les questions d'identité noire fait que c'est difficile de se plonger dedans en tant que blanc. Mais faudra que je m'y mette un jour)
 

Skade

Member
Oct 28, 2017
3,703
Au bureau, ça a tendance a dire "personne d'origine x". En remplacant "x" par ce qui correspond le plus.

Mais on aussi le groupe des "jeunes", qui balancent du "black", "rebeu" et "noich" a tout va (tout en étant eux-mêmes majoritaiement de couleur).

Du coup... Bon. Je sais pas. J'évite d'utiliser quelque terme que ce soit du coup, c'est pas forcément plus simple mais ça évite les bourdes.
 

Ramathevoice

Member
Oct 26, 2017
1,007
Paris, France
Name-drop à la con : je connais - c'est un bien grand mot, elle ne doit même plus se souvenir de moi - Rokhaya depuis l'époque où elle faisait des doublages parodiques d'anime chez GotohWan. Le jour où j'ai entendu sa voix à la radio, j'ai halluciné.

(Je suis abonné à sa newsletter mais je me suis jamais plongé dans ce qu'elle fait... C'est un manquement de ma part, mais le fait qu'elle se penche en particulier les questions d'identité noire fait que c'est difficile de se plonger dedans en tant que blanc. Mais faudra que je m'y mette un jour)
Je t'assure que ce n'est pas si difficile que ça, c'est principalement ma femme (blanche comme un cachet d'aspirine et néanmoins hyper attachée aux questions de race par intersectionalité) qui écoute Kiffe ta race, et rien que d'entendre passivement un épisode par-ci par-là en faisant autre chose je trouve ça passionnant.
 

Delphine

Resting Witch Face
Moderator
Mar 30, 2018
1,698
France
les présentatrices du podcast "Kiffe ta race" (Rokhaya Diallo et Grâce Ly) parlent de "personnes racisées".

Excellent podcast au demeurant que je ne peux que conseiller à tous et toutes.

PS: Je suis blanche comme des cuvettes de WC en porcelaine. Peau de rousse oblige. Je trouve aucune difficulté à écoute des podcasts sur des problématiques qui ne me concernent pas forcément.
 
Last edited:

Birdseye

Avenger
Oct 27, 2017
12,679
Je rends visite à mes parents et c'est pile ce soir-là que le journal télévisé passe une enquête sur ces-appareils-électroniques-qui-émettent-des-O N D E S...
 

Arcus Felis

Member
Oct 26, 2017
1,399
Je commence à psychoter sur les ondes de mon côté, en particulier sur mon téléphone que j'ai porté pendant très, très, très longtemps dans la poche de mon pantalon... Tout le monde sait que c'est plus ou moins nocif (notamment pour l'appareil génital), mais j'ai un peu l'impression qu'on ne découvrira les conséquences réelles que d'ici plusieurs décennies.
 

G.O.O.

Member
Oct 26, 2017
1,929
Je commence à psychoter sur les ondes de mon côté, en particulier sur mon téléphone que j'ai porté pendant très, très, très longtemps dans la poche de mon pantalon... Tout le monde sait que c'est plus ou moins nocif (notamment pour l'appareil génital), mais j'ai un peu l'impression qu'on ne découvrira les conséquences réelles que d'ici plusieurs décennies.

L'approche que j'ai pour la plupart des trucs dont "on dit que ça peut donner le cancer" mais "on sait pas trop" ou "y'a sans doute du vrai", c'est que
- nos protocoles sont généralement capables de trouver les choses les plus dangereuses
- si on continue à chercher assez longtemps, on trouvera sans doute quelque chose
- en attendant de trouver, il y a déjà dans nos modes de vie suffisamment de dangers beaucoup plus immédiats, qu'on néglige souvent parce qu'ils font partie de nos choix personnels (comme le fait de fumer ou de boire de l'alcool).

Et le truc con avec les téléphones, c'est qu'on oublie vite les services que ça peut nous rendre. Imagine un type qui refuse d'avoir un téléphone par peur des ondes, qui se blesse lors d'une rando et qui ne peut pas appeler les secours...

C'est un exemple bête mais ça illustre assez bien la mauvaise façon qu'on a de traiter le principe de précaution.
 
Last edited:

Arcus Felis

Member
Oct 26, 2017
1,399
Kurzgesagt fait toujours des vidéos aussi excellentes.
Après, je compte pas arrêter d'utiliser mon Phone, c'est sûr, mais ça me taraude toujours un peu, que cette inquiétude soit rationnelle ou non. On a tous nos moments de faiblesse.
Côté inquiétude tout à fait rationelle par contre, je m'inquiète par rapport au climat, vu toutes les études indiquant qu'on atteint ineroxablement le point de non-retour (si il n'est pas déjà atteint). Sans refonte générale de nos modes de vies et de la société de consommation, je ne vois pas comment endiguer le processus.
 

G.O.O.

Member
Oct 26, 2017
1,929
pour ça j'ai pas de réponse lol

à part qu'en parallèle de la réduction des émissions de GES faudra aussi s'intéresser à comment on s'adaptera à un climat réchauffé...
 

Birdseye

Avenger
Oct 27, 2017
12,679
Je prends l'apéritif en famille, ma mère propose quelque chose à mon père et il dit d'une tout petite voix, non, "je me suis déjà servi en juif entre guillemets..."

Il disait déjà ça il y a des dizaines d'années, je ne sais plus quoi faire
 

Birdseye

Avenger
Oct 27, 2017
12,679
Ma mère qui encourage mon neveu à manger plus : "Les petits Africains ils ont pas suffisamment de nourriture"
 

Palette Swap

The Fallen
Oct 25, 2017
3,663
Ma mère qui encourage mon neveu à manger plus : "Les petits Africains ils ont pas suffisamment de nourriture"
 

Kilrogg

Resettlement Advisor
Member
Oct 25, 2017
1,802
Ma mère qui encourage mon neveu à manger plus : "Les petits Africains ils ont pas suffisamment de nourriture"
Ca faisait tellement longtemps que je l'avais pas entendue, celle-là... Je pensais que même les vieux réacs avaient compris la stupidité de cet argument, depuis le temps.
 

G.O.O.

Member
Oct 26, 2017
1,929
Ma mère qui encourage mon neveu à manger plus : "Les petits Africains ils ont pas suffisamment de nourriture"
"en fait tata beaucoup de pays africains voient leurs habitants vivre dans des conditions de plus en plus confortables, et les difficultés sont plus souvent causées par un contexte politique que par une insuffisance du stock alimentaire"
 

Delphine

Resting Witch Face
Moderator
Mar 30, 2018
1,698
France
Moi j'veux savoir si Kojima il a au moins une pote meuf, ou si tous ses "potes" qu'il va intégrer à son jeu sont à 100% que des mecs.
Je pense déjà connaitre la réponse, vous inquiétez pas.
 

Kilrogg

Resettlement Advisor
Member
Oct 25, 2017
1,802
Moi j'veux savoir si Kojima il a au moins une pote meuf, ou si tous ses "potes" qu'il va intégrer à son jeu sont à 100% que des mecs.
Je pense déjà connaitre la réponse, vous inquiétez pas.
C'est quand même sacrément ridicule d'intégrer des gens comme Geoff Keighley, Julien Chièze ou même Conan O'Brien (que j'adore par ailleurs) dans un jeu. Des acteurs comme Norman Reedus, je peux comprendre, mais des gens de l'industrie, a fortiori des journalistes, ça fait vraiment copinage douteux. Mais là, bizarrement, t'as aucun GamerGater qui se plaint d'un conflit d'intérêts ou d'un manque d'éthique. On se demande pourquoi...
 

Iggy

Member
Oct 27, 2017
3,181
Moi j'veux savoir si Kojima il a au moins une pote meuf, ou si tous ses "potes" qu'il va intégrer à son jeu sont à 100% que des mecs.
Je pense déjà connaitre la réponse, vous inquiétez pas.
S'il y en a une, elle sera probablement morte et apparaîtra seulement en flashbacks.
 

Skade

Member
Oct 28, 2017
3,703
C'est quand même sacrément ridicule d'intégrer des gens comme Geoff Keighley, Julien Chièze ou même Conan O'Brien (que j'adore par ailleurs) dans un jeu. Des acteurs comme Norman Reedus, je peux comprendre, mais des gens de l'industrie, a fortiori des journalistes, ça fait vraiment copinage douteux. Mais là, bizarrement, t'as aucun GamerGater qui se plaint d'un conflit d'intérêts ou d'un manque d'éthique. On se demande pourquoi...
Ben... Bioware avait fait ça avec une journaliste d'IGN (me rappelle plus son nom) pour coller sa tronche (et sa voix) sur la journaleuse qu'on nous refile dans les pattes dans Mass Effect 3. Et je me rappelle pas avoir vu qui que ce soit râler. Donc bon...

(Pis au final, j'm'en fous, j'ai aucune intention de jouer a Death Stranding t'façons).
 

Morrigan

Armoring
Moderator
Oct 24, 2017
12,585
Fucking lol
S'il y en a une, elle sera probablement morte et apparaîtra seulement en flashbacks.
Ou à moitié nue et soumise
 

Kilrogg

Resettlement Advisor
Member
Oct 25, 2017
1,802
Pendant ce temps

Très honnêtement, je ne saurais même pas par quel bout prendre le sujet, n'étant ni une femme, ni trans. Et en plus, j'aime pas spécialement les concours de beauté, de base. As-tu un avis sur la question ?

(enfin, le seul truc que ça m'inspire avec certitude, c'est que l'argument "les Français ne sont pas prêts" ne tiendra jamais la route à mes yeux. On ne peut pas attendre que les gens évoluent lentement et gentiment. C'est parce qu'il y a des gens qui poussent pour ce genre de progrès que la majorité finit par s'habituer et accepter. Mais par rapport aux autres points soulevés dans l'article, je sais pas trop...)